Chat noir

Agenda

18

21

05

juillet 2020

20h00


La Guinguette des Janettes

Les étangs de Bout de Bois

août 2020


Etang de Combré
Chez les Filles du Lavoir

Ombrée d'Anjou (49)

Dos Argenté B est aussi sur :

...et sur les plateformes de musique en streaming

etc...

septembre 2020


Festival Cours et Jardins
Guémené Penfao (44)


Chat noir

Cherchant ta chaleur d’homme

Pendant qu’tu fais ton somme,

Ronronne, se pelotonne

Jusqu’au réveil qui sonne.

Après, même si il t’aime,

Il te griffe quand même,

Sans beaucoup trop forcer

Juste comme ça pour jouer.

Ce prince dit démoniaque

N’est pourtant pas maniaque,

Quand sans aucune manière

Il montre son derrière,

Colle son intimité

Tout au près de ton nez

Et à trois centimètres,

C’est tout heureux qu’il pète.


Refrain :

Miaou… Miaou

Chat noir… Chat doux

Qui d’un seul coup

Devient tout fou

Minou… Minou

Chat noir… chat fou

Qui d’un seul coup

Dort n’importe où.



Ce beau si élégant

Est souvent dégoûtant

Quand il se lèche partout

Ou rentre « gadouillou ».

Pour finir son gibier

Choisit le canapé.

Les boyaux des souris

Décorent le tapis.

L’intérieur se nettoie,

De l’herbe il mange parfois

Puis après il vomit

Par hasard dans ton lit.

Il pleure son déjeuner

Se frottant à tes pieds,

D’ailleurs c’est arrivé

Qu’il te fasse tomber.


Refrain


Laisse rien dans ta cuisine

Pas la moindre terrine,

Ce bandit, ce voleur

Goûtera même le beurre.

Il crie comme un bébé

Pour mieux se bagarrer,

Ça te ramène en plus

Un maximum de puces.

Il fait son gros malin

Mais il n’est pas trop fin

Quand il s’piège dans le noir

Tout au fond d’ton armoire.

Deux ou trois jours sans boire

Attendant sans mémoire

Puisqu’après délivrance

Curieux…il recommence.


Refrain + Pont


Si trois cents fois la porte

A ouvrir, il t’exhorte,

Que son regard profond

T’empêche d’être le patron

Alors là c’est très grave

Tu deviens son esclave.

Le chat noir, le magique

Te transforme en bourrique.


Refrain



                        Dos Argenté

                      Nuit du 3 au 4 janvier 2015